L’exhibition sexuelle


  Rien ne s'affiche ? Cliquez ici.
  Pour utiliser cette vidéo, lisez nos conditions.

Avec Benoît Le Dévédec, juriste au CRIAVS Île-de-France.
Réalisé par Sébastien Brochot, préventeur-formateur au CRIAVS Île-de-France.
Le CRIAVS Île-de-France est un service des Hôpitaux de Saint-Maurice dirigé par Dr Walter Albardier.

L’exhibition sexuelle est le fait d’imposer à la vue d’autrui, dans un lieu accessible aux regards du public, des parties sexuelles de son corps, bien entendu le sexe, mais aussi les fesses, ou pour les femmes, la poitrine.

On parle également d’exhibition sexuelle lorsqu’une personne commet un acte sexuel, réel ou simulé, en public, même sans être dénudée, par exemple, une masturbation à travers un pantalon.

C’est illégal, que cette exhibition soit commise dans un lieu public ou recevant du public comme la rue, un magasin, mais également dans un lieu privé, si ce lieu peut être vu par toute personne n’y ayant pas consenti, par exemple un domicile.

L’auteur de l’exhibition doit avoir agi volontairement, par exemple en faisant exprès de se montrer nu devant des personnes n’y ayant pas consenti. Selon la jurisprudence, l’auteur peut également ne pas avoir pris les précautions suffisantes pour ne pas être vu, par exemple en se dénudant dans une pièce fermée mais non verrouillée, alors que des tiers sont susceptibles d’entrer.

On parlera d’exhibition sexuelle s’il n’y a aucun contact physique entre l’auteur et la victime. S’il y a un contact physique, il pourra s’agir d’un viol ou d’une autre agression sexuelle.

L’exhibition sexuelle est punie d’un maximum de 1 an de prison et 15 000 euros d’amende. Cette peine peut monter jusqu’à 2 ans de prison et 30 000 euros d’amende si un mineur de moins de 15 ans en est victime.