Emprise et auteurs de violences sexuelles


  Rien ne s'affiche ? Cliquez ici.
  Pour utiliser cette vidéo, lisez nos conditions.

Avec Chloé Danguy Teyssier, psychologue au CRIAVS Île-de-France.
Réalisé par Sébastien Brochot, préventeur-formateur au CRIAVS Île-de-France.
Le CRIAVS Île-de-France est un service des Hôpitaux de Saint-Maurice dirigé par Dr Walter Albardier.

Dans la prise en charge sanitaire des auteurs de violences sexuelles, un élément revient régulièrement : ce sont des patients qui, souvent, ne perçoivent pas l’altérité. C’est à dire qu’ils ne considèrent pas l’autre comme sujet. Pour comprendre cela, il faut s’intéresser de plus près ce qu’on appelle l’emprise.

L’emprise renvoie, étymologiquement, à deux sens : prendre et entreprendre. Elle relève autant de l’idée de se saisir que de celle du projet.

L’emprise, c’est une sorte d’interdit de toucher l’autre qui n’est pas intégré, c’est le fait de résoudre toute tension par un contact physique.

L’auteur de violence sexuelle, en « usant » d’emprise, agit comme l’enfant qui s’agrippe à sa mère et serait en recherche permanente de contact avec elle.

Ainsi, l’emprise est devenue son mode de relation privilégié puisque, enfant, il a pris l’habitude de résoudre ses tensions par le contact physique avec sa mère, sans limitation de la part de celle-ci, dans une forme d’indifférenciation d’avec l’autre.
Le processus d’autonomisation n’a pas pu se faire, parce que le sujet craint la séparation ou se sent disqualifié par une autonomie naissante ou encore parce que le sujet ne se reconnait pas de besoin d’autonomie de sujet.

Les patients auteurs de violences sexuelles ont acquis ce type de construction du fait d’une structure familiale pathologique. Paul Claude Racamier parle de climat incestuel où l’autre, dans sa dimension d’altérité, n’est pas véritablement perçu. Il parle de ce flou intra-familial dans lequel certaines familles sont plongées. Et ça se traduit par l’idée que le sujet peut toucher sans conséquence. L’enfant n’est pas perçu comme autre car il n’y a pas vraiment de frontière entre les individus. Cela amène une altération profonde des processus d’individuation. Comme il n’existe pas de séparation psychique nette des individus, cela empêche toute individualité. Ce qui conduit à utiliser l’emprise comme mode de relation à l’autre.

Ce mécanisme d’emprise va parfois se rejouer dans le cadre de la relation thérapeutique. Un patient demandera en quelques sortes d’avoir son thérapeute en permanence sous la main. Il s’agira pour le thérapeute de ne pas travailler seul et de pouvoir régulièrement échanger avec ses collègues sur le suivi.

La mise en place d’un groupe thérapeutique pour les auteurs de violences sexuelles


  Rien ne s'affiche ? Cliquez ici.
  Pour utiliser cette vidéo, lisez nos conditions.

Avec Chloé Danguy Teyssier, psychologue au CRIAVS Île-de-France.
Réalisé par Sébastien Brochot, préventeur-formateur au CRIAVS Île-de-France.
Le CRIAVS Île-de-France est un service des Hôpitaux de Saint-Maurice dirigé par Dr Walter Albardier.

Il existe plusieurs sortes de groupes pouvant accueillir des auteurs de violences sexuelles.

Il y a des groupes proposés dans le cadre des « PPR », les programmes de prévention de la récidive. Ils sont mis en place par les services pénitentiaires d’insertion et de probation, les « SPIP » et ont pour objectif de prévenir la commission d’une nouvelle infraction.
Il y a aussi des groupes qui vont développer les habiletés sociales, de type psycho-éducatif.

Il y a, enfin, les groupes thérapeutiques. C’est de ceux-là dont nous allons parler.

Mettre en place un groupe thérapeutique implique de réfléchir à plusieurs choses, de penser un projet, afin de constituer le cadre du groupe.

D’abord, il faut se demander qui y participe et comment les patients seront recrutés. Ce sont les indications au groupe. Soit on fait le choix du type de groupe, de ses modalités, éventuellement de ses médiations, et après on choisit les patients qui correspondent à ça, soit on fait l’inverse : on pense à des patients et on crée un groupe pour eux, un peu sur mesure. On peut mettre en place des groupes spécifiques aux auteurs de violences sexuelles, ou sous spécifiques, par exemple pour les auteurs de violences sexuelles sur mineurs, ou sur adultes, composés uniquement d’hommes, ou mixtes.

Une fois que l’on a réfléchi les indications, il faut réfléchir aux contre-indications, les patients qui ne peuvent pas s’insérer au groupe. Les patients psychotiques, dans une phase aiguë, ça peut être compliqué de les mettre en groupe. Le groupe pourrait être vécu comme persécutant.

On choisit ensuite le nombre de patients à recruter, et la façon dont ils seront recrutés : via des collègues qui vous les orienteront, en faisant connaître le groupe à tous ou en s’adressant directement à certains patients.

Il s’agit ensuite de déterminer si on met en place un groupe ouvert, semi-ouvert ou fermé, c’est-à-dire un groupe où les participants vont et viennent de manière libre, ou un groupe où les participants sont les mêmes du début jusqu’à la fin. Cela implique de penser la temporalité du groupe : si on met en place des sessions dans un temps imparti ou si cela se dessine sur la durée, et dans ce cas, quelle longévité, quelle régularité et quelle durée de séance ? L’important est de réfléchir à ce que ça implique tant du côté des patients, qui peuvent être confrontés à la difficulté de la séparation lorsqu’un participant s’en va par exemple, que du côté des soignants, à savoir si ce sont les mêmes qui assureront le suivi, ou si une rotation est envisagée.

Les thérapeutes, justement. Souvent, on préconise d’être en binôme. Un psychologue et un infirmier, un psychologue et un psychiatre, deux psychologues, à vous de voir. Il faut pouvoir réfléchir à la façon dont chacun prend place au sein du groupe : est-ce qu’il participe ? Est-ce qu’il observe ?

D’autres questions se posent : peut-on mener un groupe avec des patients que l’on suit en individuel ? Si le thérapeute de groupe ne connaît pas le patient en relation individuelle, sa relation peut paraitre plus lointaine, plus neutre, avec un regard plus objectif. Inversement, lorsque le thérapeute de groupe est aussi le thérapeute individuel, on est davantage pris dans une relation privilégiée. En fait, charge à chaque thérapeute d’observer ce qui se joue du côté des transferts et de prendre en compte leur impact sur leur relation de l’un à l’autre.

Il faut aussi pouvoir prévoir un temps de reprise en individuel de ce qui s’est pensé, éprouvé, pendant le temps de groupe. Le temps de reprise permet de lier les deux espaces d’un même dispositif, l’individuel et le groupe. Ce qui se travaille dans un espace est repris dans l’autre, et vice versa. Ça va permettre au patient, peu à peu, de différencier le public et l’intime : il y a des choses qui peuvent être dites en individuel et non en groupe ou le contraire.

Enfin, il est aussi important de réfléchir à l’outil de médiation que l’on choisit, si on en choisit un. Vous trouverez plusieurs outils sur le site violences-sexuelles.info.

Vous voyez que la mise en place d’un groupe thérapeutique nécessite de se poser un tas de questions, sans réponse définie en fait, à vous de construire ce projet en fonction des patients, de vos compétences, de l’institution dans laquelle vous intervenez, avec les possibilités qu’elle offre et les contraintes qu’elle impose, d’espace, de temps, de possibilité de reprise en équipe. Assurez-vous cependant de n’être pas seul à porter ce projet. Les CRIAVS, Centres Ressources pour Intervenants auprès d’Auteurs de Violences Sexuelles, peuvent vous y aider !

La prise en charge groupale des auteurs de violences sexuelles


  Rien ne s'affiche ? Cliquez ici.
  Pour utiliser cette vidéo, lisez nos conditions.

Avec Chloé Danguy Teyssier, psychologue au CRIAVS Île-de-France.
Réalisé par Sébastien Brochot, préventeur-formateur au CRIAVS Île-de-France.
Le CRIAVS Île-de-France est un service des Hôpitaux de Saint-Maurice dirigé par Dr Walter Albardier.

Il existe plusieurs dispositifs pour la prise en charge des auteurs de violences sexuelles. On peut recevoir un patient seul, en séance individuelle, ou rencontrer plusieurs patients en même temps, en séance groupale. C’est ce dont nous allons parler.

On peut avoir des tas de raisons pour mettre en place un groupe : une demande de la hiérarchie, une indication thérapeutique, un souhait du thérapeute, et ça peut aussi avec un objectif économique, comme ce fut le cas après la Seconde Guerre mondiale. Le groupe permettait de prendre en charge un plus nombre de personnes traumatisées par le conflit.

Alors, dans quelles situations la prise en charge groupale est-elle indiquée sur le plan thérapeutique ?

On sait que certains patients ayant commis des violences sexuelles peuvent mettre leur thérapeute dans un état de sidération. On sait aussi que certains patients sont dans des fonctionnements complexes, avec des aménagements défensifs rigides comme le déni, le clivage ou la relation d’emprise. Ils peuvent attaquer le cadre, ou rester dans des discours de surface.

Tout cela rend la conduite des entretiens individuels compliquée et il est difficile de faire advenir alors un processus psychique qui inviterait au changement.

Le psychiatre Claude Balier a beaucoup travaillé sur cette problématique dans les années 80-90, et sa proposition était d’aménager la rencontre. C’est à dire : ne pas travailler seul, organiser le partage d’information, être vigilant aux clivages entre les différents corps professionnels. Ne pas travailler seul permet d’éviter la relation en face à face, qui pose des difficultés.

On va donc aménager le cadre, en renonçant par exemple à une position de neutralité ou en recevant les patients à deux thérapeutes.
Cependant, un autre problème se pose. Pour beaucoup de ces patients, une attention trop ciblée sur leur vécu intérieur est perçue comme une intrusion insupportable, parce que ça vient attaquer les aménagements défensifs mis en place, dans lesquels ils sont pris : le clivage, le déni…

Cette confrontation au déni et la souffrance, que la thérapie va engendrer, impose d’établir un « contenant psychique » plus rassurant. Le groupe peut avoir cette fonction de contenant. Le psychanalyste Didier Anzieu parle d’enveloppe groupale, comme si le groupe était une coque faisant tenir tous les individus ensemble.

En mettant en place un groupe thérapeutique avec des auteurs de violences sexuelles, on espère lever le déni, le clivage et amorcer une dynamique de changement. Le patient va se confronter à l’histoire et au discours des autres participants qui peuvent résonner, faire écho à sa propre histoire. Il va pouvoir établir des liens entre ce qui se vit dans le groupe et ce qui a été vécu dans le passé.

Et puis le groupe, avec sa microculture comprenant ses règles, ses interdits, ses tabous et son idéologie peut être une bonne médiation aux relations. Il peut aider les participants à reconstituer leur histoire personnelle, restituer la valeur traumatique des éléments déniés. Les angoisses qui naîtront pendant les séances seront alors contenues par le cadre offert par le groupe. Les participants pourront se sentir revalorisés, renarcissés et soutenus.

La cohésion de groupe permet cette mise au travail, dont les effets escomptés sont l’étayage, la valorisation, la reconnaissance des autres membres, l’identification.

Par la confrontation au regard des autres participants, ayant déjà expérimenté parfois le dispositif, par un jeu d’identifications en fait, cela permet au sujet d’explorer ses propres ressentis émotionnels. L’idée étant d’amener les patients à identifier ses émotions et à s’approprier celles d’autrui, de façon à comprendre comment leurs actions entrainent des effets chez l’autre, des émotions. Il s’agit d’un travail pour développer l’empathie et l’altérité chez des patients qui présentent souvent des difficultés à décrire leur vécus émotionnels et à percevoir les émotions, avant qu’elles n’entrainent chez eux un passage à l’acte, seule décharge possible à ce moment là.

C’est pour toutes ces raisons que l’on voit de plus en plus de groupes proposés aux auteurs de violences sexuelles.

Peut-on soigner les agresseurs sexuels ?


  Rien ne s'affiche ? Cliquez ici.
  Pour utiliser cette vidéo, lisez nos conditions.

Avec Chloé Danguy Teyssier, psychologue au CRIAVS Île-de-France.
Réalisé par Sébastien Brochot, préventeur-formateur au CRIAVS Île-de-France.
Le CRIAVS Île-de-France est un service des Hôpitaux de Saint-Maurice dirigé par Dr Walter Albardier.

Peut-on soigner les agresseurs sexuels ? Aujourd’hui, beaucoup de professionnels de la santé vous répondront que « oui, on peut soigner les personnes ayant commis des infractions sexuelles ».

Mais pendant longtemps, ce fut loin d’être une évidence ! Les thérapeutes ont longtemps pensé que ces personnes n’étaient pas accessibles au soin. Ils avaient en tête, comme beaucoup de gens, cette image du « monstre » impossible à soigner.

Il faut attendre les années 70-80 pour que des professionnels se disent qu’il serait peut-être pertinent de soigner les auteurs de violences sexuelles, et pas seulement de les punir. Cette étape a marqué un tournant dans la prise en charge des agresseurs, en passant du monstrueux à l’humain, en séparant les actes de la personne qui les commet. Mais cette approche a été un vrai défi pour les professionnels de santé.

Pourquoi ? Pourquoi est-ce si difficile de penser cette thérapie ? Déjà, parce que les soignants se trouvent confrontés à la prise en charge de personnes très différentes. Tous les auteurs d’infractions sexuelles ne se ressemblent pas.

Certains patients peuvent mettre leur thérapeute dans un état de sidération en leur racontant les actes commis. Certains patients sont dans des mécanismes plus ou moins destructeurs qui n’aident pas à la prise en charge. Certains patients sont dans des fonctionnements complexes, ils peuvent utiliser des aménagements défensifs rigides comme le déni, le clivage ou la relation d’emprise. Tout cela rend l’accompagnement des patients compliqué.

Pourtant, de nombreuses prises en charge sanitaire existent pour aider les auteurs de violences sexuelles. Différentes approches, différentes théories (analytique, cognitivo-comportementale, médicamenteuse…), et différents dispositifs (individuel ou en groupe). En fonction du contexte et des patients, certaines sont recommandées, d’autres moins.

Prise en charge psychanalytique des auteurs de violences sexuelles


  Rien ne s'affiche ? Cliquez ici.
  Pour utiliser cette vidéo, lisez nos conditions.

Avec Quentin Bonnald, psychologue clinicien au CRIAVS Île-de-France.
Réalisé par Sébastien Brochot, préventeur-formateur au CRIAVS Île-de-France.
Le CRIAVS Île-de-France est un service des Hôpitaux de Saint-Maurice dirigé par Dr Walter Albardier.

Les prises en charge psychologiques qui sont proposées aux auteurs de violences sexuelles peuvent prendre différentes formes : celle d’entretiens individuels, à un ou deux psychologues, ou encore des thérapies de groupe. Mais toutes les thérapies qui sont proposées aux auteurs de violences sexuelles ne se ressemblent pas. En effet, les techniques utilisées dans la thérapie peuvent varier énormément en fonction de l’approche choisie : cognitivo-comportementale, systémique, transculturelle ou d’inspiration psychanalytique.

Lorsqu’on dit d’une prise en charge psychologique ou d’une thérapie qu’elle est d’inspiration psychanalytique, cela veut dire qu’elle est adaptée de la psychanalyse.

La psychanalyse, c’est avant tout une théorie du fonctionnement psychique centré sur l’inconscient. Cette théorie s’appuie sur les travaux de Sigmund Freud et de ceux qui lui ont succédé. Selon cette approche du fonctionnement psychique, nos pensées, nos émotions et nos comportements sont déterminés par ce qu’il se passe en nous à notre insu. Elle s’intéresse par exemple aux émotions et aux pensées refoulées, c’est-à-dire que l’on a tendance à mettre automatiquement de côté et à oublier, parce qu’on les considère comme dérangeantes ou peu importantes.

La psychanalyse c’est aussi un dispositif, une méthode stricte, pensée et créée pour pouvoir accéder à cette vie psychique cachée. Il faut bien distinguer la théorie et le dispositif. Le cadre d’une psychanalyse, ce sont par exemple des séances qui s’enchainent selon une certaine fréquence, qui ont toujours la même durée. Pendant la séance, le patient est généralement allongé sur un divan et doit accepter de dire tout ce qui lui vient à l’esprit. C’est la règle de la libre association. Le psychanalyste de son côté, écoute le patient de façon bienveillante et intervient pour tenter d’éclairer ce qui vient de l’inconscient. Le but est de pouvoir faire des liens entre les problèmes rencontrés actuellement et son histoire personnelle, par exemple son enfance ou son adolescence.

C’est donc une méthode qui demande beaucoup au patient, qui doit avoir conscience de ses difficultés, être très motivé pour changer et en faire la demande.

Une psychothérapie d’orientation analytique, est comme son nom l’indique une psychothérapie qui est inspirée du dispositif classique de la psychanalyse. C’est-à-dire que la théorie du fonctionnement psychique à laquelle on se réfère est la théorie psychanalytique, mais le cadre est modifié pour être moins contraignant.

Alors pourquoi est-ce qu’en général on propose une thérapie d’inspiration psychanalytique et pas une psychanalyse aux auteurs de violences sexuelles ?

Principalement parce que la méthode utilisée par le psychothérapeute doit avant tout être adaptée au fonctionnement psychique du patient et aux buts que l’on souhaite atteindre. Faire une psychanalyse suppose d’avoir conscience de ses difficultés, d’être motivé pour changer et d’en faire la demande. Il faut donc pouvoir situer le conflit à l’intérieur de soi, pour pouvoir en chercher la cause.

Mais chez nombre de personnes ayant commis des violences sexuelles, on se rend compte que lorsque des difficultés surviennent, que l’angoisse devient insupportable, les solutions sont cherchées à l’extérieur pour réduire la tension. Certains patients, à travers le passage à l’acte violent, ne cherchent pas tellement à résoudre un conflit qui se situe à l’intérieur d’eux-mêmes, entre eux et eux-mêmes, mais plutôt à expulser leur souffrance, en s’en débarrassant en faisant porter cette souffrance à l’autre. Se confronter directement à ce qu’il se passe à l’intérieur de soi, comme on le fait dans une psychanalyse est généralement beaucoup trop angoissant pour ces patients-là.

C’est ce qu’a souligné le psychanalyste Claude Balier dans les années 90. Il a également proposé que les prises en charge d’approche psychanalytique pour les patients qui ont commis des violences sexuelles puissent se passer en deux temps.

La première étape, indispensable de la prise en charge, consiste surtout en l’établissement d’une relation positive avec le thérapeute. La relation assure une fonction de protection contre l’angoisse ressentie face aux éprouvés internes et limite le risque de nouveaux passages à l’acte violents. On ne peut pas laisser le patient se débrouiller seul avec ses pensées, parce que bien souvent elles ne sont pas suffisantes pour faire baisser son niveau d’angoisse.
Le thérapeute sera plus actif et se montrera plus bienveillant que dans une psychanalyse classique. Il n’hésite pas à poser des questions, à réagir face à ce que dit le patient, à donner des explications sur ce qu’il se passe, pour pallier aux difficultés du patient à penser et à ressentir ses émotions. Il n’est pas question de faire allonger le patient sur un divan : le patient et le thérapeute doivent se voir dans cette relation où ils sont tous les deux actifs. Cette relation soutenante et contenante sera le cadre dans lequel le patient pourra, petit à petit, trouver des mots et des pensées pour ses ressentis, ses émotions et se les approprier.

Cette fonction, assurée par la relation avec le thérapeute, est souvent également assurée par le cadre dans lequel la thérapie a lieu. On peut rencontrer la personne qui a commis des faits de violences sexuelles pendant son temps d’incarcération, ou bien après celui-ci, lorsqu’il est soumis à des soins pénalement ordonnés. Ce cadre, établi par la loi et par l’établissement de soins, implique que l’on n’est pas seul à prendre en charge le patient, et que tous les intervenants ont des missions différentes. Et chacun de ces intervenants assure une partie de cette fonction contenante, qui permet de pallier le manque de confiance en soi et en l’autre. Cela renvoie à la notion d’intercontenance élaborée par le psychanalyste André Ciavaldini. C’est ça aussi qui permettra de travailler sur les mécanismes inconscients que sont le déni et le clivage. Vous trouverez des vidéos explicatives sur ces mécanismes, sur violence-sexuelles.info.

Passons maintenant à la seconde phase de la thérapie. Il s’agit maintenant de pouvoir interpréter, de donner un sens à ce qui est ressenti et dit dans le cadre de la thérapie. Ce qui est d’abord interprété, c’est le passage à l’acte sexuel violent. Il ne faut pas oublier que si le psychothérapeute et le patient se rencontrent, c’est qu’il y a eu une violence faite à l’autre. Il y a là encore une différence avec le cadre psychanalytique classique. Avec un auteur de violences sexuelles, on ne laisse pas une totale liberté au patient de parler de ce qu’il veut : il doit parler du passage à l’acte parce qu’on considère ce passage à l’acte comme un symptôme de ce qui met le patient en difficulté. Il faut, entre guillemets, forcer la pensée pour que les liens se fassent.
Maintenant, comment le patient peut-il faire un lien entre cet acte a priori irrationnel et son histoire personnelle ?

On l’a dit, le passage à l’acte peut être considéré comme une tentative pour le patient de se débarrasser d’une souffrance qu’il n’arrive pas à situer en lui. Pendant la thérapie, il faudra donc faire le chemin inverse : partir du passage à l’acte et de ce que la victime a pu ressentir, pour pouvoir reconnaitre et découvrir la souffrance dont le patient a voulu se débarrasser. Et on se rend compte que, très souvent, le patient a connu des expériences très négatives dans ses relations aux autres. Il a pu vivre de la honte et des humiliations beaucoup trop intenses pour être supportables, alors qu’il se sentait sans défense et abandonné.

Pouvoir faire ce lien entre des éprouvés insupportables ressentis à certains moments de sa vie et le passage à l’acte sexuel violent commis permet au patient de s’attribuer la responsabilité de son passage à l’acte, en comprenant la place que cet événement prend dans son histoire de vie. Le but n’est évidemment pas de se trouver des excuses au passage à l’acte, mais de pouvoir se reconnaitre dans des actes qui apparaissaient jusque-là insensés et sans logique.

Dans bien des cas, on comprend alors que le passage à l’acte n’était qu’une tentative déguisée de se cacher à soi-même ses propres blessures, et un moyen désespéré de retrouver un sentiment de contrôle, en dominant l’autre. C’est pourquoi il est tellement important de donner au patient les moyens de mettre des mots et des pensées sur ces blessures, bien trop effrayantes à affronter seul. Le patient aura alors d’autres moyens de supporter l’angoisse inhérente à la rencontre avec l’autre, que de chercher une solution dans l’agression.

La santé sexuelle – 2/2 Au travail


  Rien ne s'affiche ? Cliquez ici.
  Pour utiliser cette vidéo, lisez nos conditions.

Avec Alice Chenu, psychologue et sexologue au CRIAVS Île-de-France.
Réalisé par Sébastien Brochot, préventeur-formateur au CRIAVS Île-de-France.
Le CRIAVS Île-de-France est un service des Hôpitaux de Saint-Maurice dirigé par Dr Walter Albardier.

La santé sexuelle est un état de bien-être physique, mental et social dans le domaine de la sexualité, source de plaisir, sans risque, et libre de toute discrimination ou violence.

Comment, en tant que professionnel, faire la promotion de la santé sexuelle ?

Cela implique deux approches : une approche individuelle, et une approche institutionnelle.

La première étape, c’est d’être à l’aise avec le sujet !

Au niveau individuel, il convient d’abord de s’informer sur la sexualité : les organes génitaux, la reproduction, le plaisir sexuel, les relations et activités sexuelles, les états affectifs et amoureux.

Il semble aussi pertinent de mettre à jour ses connaissances sur les troubles, les infections et les maladies sexuels, et sur les moyens de les prévenir.

Enfin, au-delà de l’aspect biologique et sanitaire, la santé sexuelle implique d’avoir une perception claire de la sexualité comme vecteur d’épanouissement et de satisfaction, où les notions de plaisir, de partage et de bien-être sont essentielles.

Au niveau institutionnel, il est fondamental de pouvoir parler librement de sexualité, notamment entre collègues. On observe souvent des réticences à parler de sexualité ; cela peut avoir un impact sur les connaissances qui sont, ou non, transmises aux enfants et aux plus jeunes en général. Il s’agit pour cela de rendre accessible une information à destination de l’ensemble de la population, mais aussi d’améliorer les compétences des professionnels de santé concernant les problèmes spécifiques à la sexualité, pour leur permettre d’être des acteurs de l’éducation sexuelle, mais aussi de conseil, voire de thérapies spécialisées.

Chaque professionnel peut se renseigner pour se former à la santé sexuelle. Les CRIAVS, qui sont présents dans chaque région, peuvent vous y aider.

La santé sexuelle – 1/2 Définition


  Rien ne s'affiche ? Cliquez ici.
  Pour utiliser cette vidéo, lisez nos conditions.

Avec Alice Chenu, psychologue et sexologue au CRIAVS Île-de-France.
Réalisé par Sébastien Brochot, préventeur-formateur au CRIAVS Île-de-France.
Le CRIAVS Île-de-France est un service des Hôpitaux de Saint-Maurice dirigé par Dr Walter Albardier.

La santé sexuelle est un concept développé par l’Organisation Mondiale pour la Santé. Voici sa définition, tel qu’elle a été adoptée en 2002 :

« La santé sexuelle est un état de bien-être physique, émotionnel, mental et social associé à la sexualité. Elle ne consiste pas uniquement en l’absence de maladie, de dysfonction ou d’infirmité. La santé sexuelle a besoin d’une approche positive et respectueuse de la sexualité et des relations sexuelles, et la possibilité d’avoir des expériences sexuelles qui apportent du plaisir en toute sécurité et sans contraintes, discrimination ou violence. 

Afin d’atteindre et de maintenir la santé sexuelle, les droits sexuels de toutes les personnes doivent être respectés, protégés et assurés.

La sexualité est un aspect central de la personne humaine tout au long de la vie et comprend le sexe biologique, l’identité et le rôle sexuels, l’orientation sexuelle, l’érotisme, le plaisir, l’intimité et la reproduction. 

La sexualité est vécue sous forme de pensées, de fantasmes, de désirs, de croyances, d’attitudes, de valeurs, de comportements, de pratiques, de rôles et de relations. Alors que la sexualité peut inclure toutes ces dimensions, ces dernières ne sont pas toujours vécues ou exprimées simultanément. 

La sexualité est influencée par des facteurs biologiques, psychologiques, sociaux, économiques, politiques, culturels, éthiques, juridiques, historiques, religieux et spirituels. »